Voir son interlocuteur à l'autre bout du monde

- - Nouvelles

En 1989, Robert Zemeckis a fait le pari que les gens communiqueraient dans le futur par visioconférence grâce à leur télévision. Marty McFly se fait d'ailleurs licencier de cette façon par son patron. Des expériences de visioconférence avaient déjà eu lieu en 1987 dans quelques universités.

 

Mais qui aurait cru que les appels vidéos deviendraient aussi répandus? Chaque semaine, des étudiants de Montréal et de Paris sont en communication par visioconférence et peuvent assister simultanément à des exposés présentés de part et d'autre de l'Atlantique. La technologie facilite aussi les échanges entre médecins qui peuvent, ainsi, examiner à distance des radiographies ou même superviser le déroulement d'interventions chirurgicales.

«Les logiciels Skype et Facetime permettent aux individus de communiquer sans frais avec leurs proches partout sur la planète», note le philosophe des sciences Frédéric Bouchard. Pour le professeur du Département de philosophie de l'Université de Montréal, les télécommunications sont une des percées les plus spectaculaires de la science moderne. «De nos jours, on sait dans l'heure qu'un tremblement de terre a secoué les Antilles. Les télécommunications rendent l'information accessible à un nombre grandissant de personnes. Voilà un secteur où la science a tenu parole.»

Dominique Nancy

Lire les autres articles du dossier spécial « Le futur, c'est aujourd'hui »

 

Partager :
  • Envoyer
  • Imprimer